Des bâtons dans les roues

Bonjour,

 En septembre, je suis bien occupée car il faut relancer la machine : planifier les séances de kiné, relancer les prestations des auxiliaires de vie, remplir divers papiers, etc, et rattraper les bêtises de l’administration française. Quand j’étais petite, c’est-à-dire de la maternelle à math spé, les bêtises administratives de septembre concernaient en général l’attribution de l’auxiliaire de vie scolaire (AVS). Maintenant que je suis grande, elles concernent apparemment les auxiliaires de vie tout court (mais non moins essentielles)!

En effet, j’ai besoin d’une auxiliaire de vie pour le ménage, la préparation des repas, la lessive et les courses. Jusqu’à maintenant, je bénéficie de 3h par jour financées par le plan de compensation de l’handicap (PCH) établi par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

Or, ce plan doit être renouvelé en novembre donc courant mai, j’ai rempli un dossier d’une dizaine de pages avec, bien sûr, moult justificatifs. En juillet, j’ai rencontré une dame de la MDPH à qui j’ai honnêtement exposé mes besoins en matière d’aide humaine. Elle a tout bien noté et quand j’ai fini, elle m’a dit « Vous savez que la MDPH prend pas en charge les tâches ménagères? » !!! A quoi j’ai répondu que c’était pourtant ce que j’ai besoin pour pouvoir vivre toute seule. Et j’ai ajouté : « Alors, j’aurais dû mentir sur mon autonomie (pour la toilette,etc) pour être sûre d’avoir une aide? ». J’avoue avoir été un peu étonnée de l’écouter sous entendre que, oui, il aurait mieux valu mentir! Bref, au terme de l’entretien, j’ai bien compris que je n’aurai plus 3h par jour. Mais je suis partie en vacance sans trop me faire de soucis, en me disant que 2h par jour seraient bien suffisantes.

Seulement, voilà, en rentrant des vacances, j’ai reçu un courrier qui m’informait que la MDPH m’attribuait 1h par jour…Ce qui est très très peu.

Certes, je pourrais faire les courses et préparer à manger mais il me faudrait alors des journées de 24h. Et essayez de passer la serpillère en restant assis…

Je me sens un peu punie d’avoir eu l’insolence d’apprendre à me doucher et à m’habiller seule! Et puis, c’est très bien de prévoir de l’aide pour la toilette et l’habillement des personnes handicapées mais la vie quotidienne ne se résume pas qu’à ça!

Je trouve très absurde que la MDPH ne prenne pas en compte les besoins pour les tâches ménagères car à quoi ça sert d’être propre et habillé si le logement est dégueulasse, le frigo vide et si le linge sale reste sale?

De plus, il faut savoir que les associations d’auxiliaire de vie prennent 20 euros de l’heure, environ. Donc si on paie de notre poche, l’addition est autre que salée. Vous allez me dire « et l’allocation adulte handicapé (AAH)? » L’AAH est de 776,59 euros. Donc supposons qu’on paie 1h d’auxiliaire par jour (5 jours/semaine) pour compléter le PCH et que l’on touche que l’AAH, il resterait 276,59 euros, un peu ric rac, non?

Et si on a « le malheur » d’avoir des revenus (par exemple une bourse de thèse 🙂 ) ou un conjoint valide, l’AAH fond comme neige au soleil.

Bref, j’ai pris rdv en urgence chez une assistante sociale, il faudra sans doute que je fasse un recours ou d’autres dossiers pour essayer d’avoir une aide supplémentaire !

Voilà comment l’Etat nous met des bâtons dans les roues en nous trouvant trop autonomes…

{lang: 'fr'}
Ce contenu a été publié dans Anecdotes, coup de gueule, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Des bâtons dans les roues

  1. Ping : Oubliée dans un train… |

  2. Voletareine dit :

    Bonjour,
    Ma femme est handicapée (hémiplégique à la suite d’un anévrisme) depuis 25 ans. Elle touche une allocation qui s’appelle « majoration tierce personne ». A l’origine, é lle était versée par l’assurance maladie puis maintenant par la caisse de retraite. Elle est définitive. Elle est de l’ordre de 1000 €. J’ai dû batailler pendant trois ans pour l’obtenir après moultes procédures et recours, y compris des difficultés avec le fisc. Le médecin-conseil avait coché toutes les cases à l’envers : elle pouvait tout faire seule, faire son ménage, sa toilette, prendre la fuite en cas d’incendie, etc. Une incompétence ou une méchanceté crasse, je n’ai jamais su. L’avantage de cette indemnité est que J’en fais ce que je veux : donc j’emploie une auxiliaire de vie six heures par jour en cdi ce qui me revient à 1700 € par mois avec les charges salariales. Cette allocation me donne droit à un crédit d’impôt, ce qui fait qu’au bout du compte la prise en charge est à peu près couverte.

    Malheureusement, maintenant qu’il y a la Maison (! généralement injoignable) du handicap, il y a des gens supérieurs pour vous dire ce que vous devez faire et qui ont apparement pour tâche de faire chichement la charité. Et si vous obtenez une aide, celle-ci vous donne droit à un allegement d’impôt sur vos dépenses mais sous déduction préalable de l’aide en question ! Bravo la grande loi de 2005 ! Inutile de vous dire que je me garde bien d’approcher à moins d’un kilomètre de la MDPH.

    Concernant le service Acces+, c’est vraisemblablement le meilleur service pour handicapés de la planète si ce n’était malheureusement quelques bugs ici ou là, qui prennent vite des proportions dont n’ont pas conscience la plupart des gens y compris les intéressés. Mais au moins, il font quelque chose de concret sans vous imposer ce qu’il croit bon pour vous !

    Bref au lieu de faire des lois prétentieuses (et des normes improbables) qui occupent tout un tas de « sachants » à tous les niveaux, il serait plus judicieux d’accorder des aides convenables (confortables) aux handicapés lesquels sauront toujours les utiliser au mieux de leurs besoins si tant est qu’on puisse les cadrer au centime près.

    Bien à vous et bons courage
    Aves mes bonnes amitiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *