En roue libre sur les pistes

Le 22 décembre, je suis tombée sur Pierre, au Marché de Noël. On ne s’était pas vu depuis des siècles. Très vite, Pierre m’a rappelé qu’on n’était toujours pas parti skier ensemble, chose dont on parlait depuis toujours. Et avec son enthousiasme légendaire, il fallait le faire pour cet hiver et embarquer notre amie Alizée dans l’histoire. Et il y a eu un formidable alignement des planètes…
Ainsi, hier, 25 janvier, nous voilà en route pour Flumet, station choisie totalement au hasard, grâce à l’algorithme de Google (hasard, really?) sur les seuls critères d’être à mi chemin entre Grenoble et Chamonix, là où Alizée habite, et d’avoir du handiski.

Après avoir soigneusement vérifier le gonflage des pneus de la voiture, en route!

J’avais réservé 3h (soit tout l’après-midi, ne faisons pas les choses à moitié) du dual ski avec un moniteur de l’ESF.
Alizée avait ensuite téléphoné à l’office de tourisme de Flumet pour savoir, si par hasard (toujours cet hasard!), dans cette toute petite station, il y avait un lieu accessible pour se changer, manger, etc.
Et quand je parle d’alignement de planètes : oui! En effet un resto flambant neuf venait d’ouvrir avec toutes les fameuses normes d’accessibilité!!!
Et le plan a donc été de se retrouver tous les trois, au restaurant l’Ardoise, avant de se lancer sur les pistes, pour un repas copieux et délicieux (dérogeant sans aucun doute à toute diététique sportive).

Bien rassasiés, après s’être extasiés devant les toilettes accessibles et avoir enfilé pantalon de ski, collants, après-skis, les choses sérieuses ont commencé.

Un lecteur m’a dit que sur ce blog, il y avait une collection impressionante de toilettes accessibles 😉

 

RDV avec Franck, moniteur de l’ESF, sur le front de neige à 13h30, plus ou moins tapantes!
Transfert sur le dual ski, forfaits…
Franck : « Est-ce qu’il y a des choses à éviter, douleurs, …? »
Moi : « Absolument pas! »
Il se tourne vers Alizée, hilarde « Humm hum, avec Manue, on peut généralement y aller franco! »

Une pause s’impose :
J’ai rencontré Alizée et Pierre lors de leur L2 STAPS Activités Physique Adaptés, n’ayons pas peur des mots, ils étaient vraiment des bébés stapsiens et moi une bébé doctorante. L’une des premières phrases que je leur ai dite? « Certes je ne marche pas, je me sers d’un bras sur 2 mais il faut que vous m’appreniez à grimper! ». Il y a peut-être eu un moment de flottement ;)… puis vous pouvez juger de la suite sur cette vidéo.
Bref, ils connaissent bien mon niveau de « tête brûlée » (mais j’ajoute pour ma maman : tant que c’est en sécurité ;)).

Une fois ce point éclairci, il n’y avait plus qu’à :

 

Et c’est parti!

 

 

 

 

 

 

 

 

Sensations incroyables de vitesse…

Il y a même eu des figures avec une synchronisation parfaite :

Et Alizée et Pierre ont pris un peu les commandes, plus ou moins rassurés. On taira le « Oh mon dieu, j’ai trop peur » de Pierre…

 

 

Et après 5 descentes en 3h (un record paraît-il), et 175 photos plus tard (Merci Pierre!), la photo finale :

 

Détour par l’Ardoise, pour un goûter pour lequel Thibault, un ami pisteur d’Alizée & Pierre, nous a rejoints :

et pour se débarrasser des pantalons de ski etc*, avant de reprendre la route vers Grenoble.

Et je vous jure que j’ai une idée très précise du sens de « être passée dans une lessiveuse », jusqu’au bout des doigts et à l’heure où j’écris ces mots, c’est toujours d’actualité ;).

* Pour de telles journées, c’est vraiment, vraiment, vraiment super important d’avoir un lieu accessible. L’histoire n’aurait pas été la même sans le point de chute à l’Ardoise.

{lang: 'fr'}
Ce contenu a été publié dans Anecdotes, Sport, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *