A Toulouse

40ème jour de confinement, occasion idéale pour revenir sur ma dernière sortie avant le confinement.

Le 10 mars, je partais en direction de Toulouse pour 3 jours, ce voyage avait plusieurs objectifs : voir une amie, Raphaëlle, faire un coucou à mon oncle, famille & perroquet, visiter la ville et faire également connaissance avec Marie de Handi Tour Guide. Marie est une accompagnatrice pour les handis, en voyage. J’étais tombée sur son site un peu par hasard. Et avant de faire un « vrai » voyage, nous avons décidé de passer quelques jours ensemble, à Toulouse.

Donc me voilà, partie, encore dans le déni concernant le raz-de-marée Covid19, il faut bien l’avouer.

J’ai retrouvé Marie à la gare de Toulouse-Matabiau. Je vais peut-être en décevoir certains : aucun problème pendant le voyage en train. J’avais réservé un transport PMR via le service Tisséo et nous sommes arrivées sans encombre à l’hôtel. J’avais choisi un appart’hôtel, un peu excentré, au milieu d’Airbus, mais j’aime bien les appart’hôtels car après une journée touristique, j’ai souvent la flemme de ressortir chercher un resto.

Mais, une fois, dans le studio, problème : la porte de la salle de bain s’ouvrait vers l’extérieure de façon à me bloquer dans la chambre. Là, j’ai pu immédiatement avoir un aperçu de l’efficacité de Marie qui m’a immédiatement obtenu un studio plus spacieux et sans problème de porte emprisonnante.

La traditionnelle photo

Siège douche interdisant un abus de cassoulet, les fesses n’ont pas beaucoup de place…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un peu de repos, nous avons pris le bus et le métro (aucun problème d’accessibilité), direction du centre ville. Nous nous sommes baladées dans le quartier St Cyprien, nous avons pris le pont St Pierre (avec un ascenseur) puis nous avons continué jusqu’au Capitole. J’ai eu un joli aperçu de la Ville Rose…

 

 

 

 

 

Et le lendemain, nous sommes allées étudier les solutions pour échapper au Covid19, dans une Cité de l’Espace déserte et très ensoleillée.

Une solution européenne face à la pandémie

Soyouz, toujours compter sur la Russie en cas de crise

Mir… mais pas accessible… et accessoirement au fond de l’océan

Autant mettre de la distance…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai vraiment beaucoup aimé, il y en a vraiment pour tous les âges, avec pleins d’expos.

Une vraie pierre de lune, la seule en Europe

Et le soir, je suis partie dans la cambrousse toulousaine, toujours avec le service Tisseo, remarquablement pratique, dîner avec ma famille et rencontrer le célèbre Ary.

Rencontre avec Ary, en gardant un oeil sur tous les boutons et joysticks eappétissants.

 

Le lendemain, j’ai vu Raphaëlle. Dernier resto entre amis pour un bout de temps, mais en avions-nous idée??

Nous avions contacté plusieurs restaurants, pour vérifier l’accessibilité, et je voulais aussi manger local. Notre choix a été Le J’go.
On ne savait pas que c’était notre dernier resto pour quelques mois, mais ça ne nous a pas empêché de sacrément en profiter!

Piccata de porc noir, absolument une tuerie

Par contre, je suis mortifiée, je n’ai pas pris de photo des toilettes!!! Elles étaient « accessibles » mais sans barre d’appui…

Puis nous avons visité le Capitole, l’hôtel de ville de Toulouse.
Nous étions le 12 mars, seules quelques affichettes dispersées dans la mairie nous rappelaient de tousser dans notre coude…

Entrées par les « coulisses », accès handi, nous avons atterri dans la salle du conseil municipale…

 

Puis, Raphaëlle, rappelée par ses obligations de maman, j’ai rejoint Marie, nous avons visité le Couvent des Jacobins puis nous nous sommes baladées au bord de la Garonne.

Le soir, nous avons regardé l’allocution d’Emmanuel Macron, annonçant la fermeture des établissements scolaires et universitaires. La nuit ne fut pas très sereine…

Enfin, le lendemain matin, après avoir pris le taxi Isybus, plus lève-tôt que Tisséo, j’ai repris le train.

Une fois arrivée à Grenoble, les sacs posés, je me suis précipitée au labo prendre mes affaires et le soir, la direction nous annonçait qu’on basculait en télétravail jusqu’à nouvel ordre…

PS : Passer ces quelques jours avec Marie a  été franchement agréable. Ca a été le premier voyage (en dehors des vacances avec les parents ou grand-parents) où je n’ai pas eu à être sous pression concernant tout ce qui est logistique. En d’autres termes, j’avais l’esprit libre! Vivement qu’un « vrai » voyage avec Marie puisse être d’actualité.

J’ai tardé à écrire cet article, je n’avais pas envie de raconter ce voyage puis de reconnaître que j’avais attrapé le Covid19 en appuyant sur tous les boutons des expositions de la Cité de l’Espace et que j’étais vraiment bien malade.  Ma fierté en aurait pris un coup.
Je n’ai donc pas été malade dans la quinzaine suivant ce voyage mais peut-être que Toulouse m’a-t-elle offert quelques anticorps? 😉
Je croise les doigts… Et je reste chez moi au cas où !

 

 

{lang: 'fr'}
Ce contenu a été publié dans Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A Toulouse

  1. Fabi Carju dit :

    Très belle article sur la découverte de la ville rose avec Marie d’Handitour guide !
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *