Oubliée dans un train…

… et ce n’est pas une valise.

Hier, je devais faire un long voyage en train de Vintimille (Italie) à Grenoble, toute seule. Bien que Vintimille soit en Italie, c’était un voyage 100% SNCF. Quelques jours avant, j’ai fait une demande de prestation à Acces Plus, service de la SNCF pour l’assistance des personnes handicapées. Les agents d’Accès Plus s’occupent de nous faire monter/descendre des trains.

J’ai bien reçu l’email de confirmation que voici :

Le tableau indique dans la 1ère colonne toutes mes correspondances et dans la dernière colonne que la gare concernée a bien reçu la demande. Ainsi, par exemple, pour la gare Avignon TGV, il est noté qu’il faut venir me chercher dans le TGV 6174, voiture 11, place 14 et que je repars à 13h21 dans le TGV 6874. Et la gare a bien confirmé la prise en charge.

A Vintimille, j’ai été correctement prise en charge (en italien 😉 ) par le service de la gare.

Quelques gares plus loin, une autre voyageuse en fauteuil est montée. Quand il y a 2 fauteuils, c’est un peu le bazar car on bouche tout (« c’est très rare que les voyageurs handicapés restent dans leur fauteuil roulant » dixit la contrôleuse. Soit…). Donc à Avignon, cette voyageuse, allant à Paris, devra aussi sortir sur le quai pour me laisser sortir.

La contrôleuse titulaire s’est étonnée de ne pas voir figurer mon nom sur son application relative aux prestations à Accès Plus mais comme j’avais l’email de confirmation elle ne s’est pas inquiétée davantage. Mais peut-être l’aurait-elle dû…

En effet, le train est entré en gare Avignon TGV et à ma grande stupeur, aucun agent d’Accès Plus n’est venu me chercher dans le train!! Les passagers sont sortis sur le quai mais n’ont vu personne de la SNCF. Un passager a même failli tirer l’alarme mais s’est retenu (imaginant sans doute avec raison le déploiement du GIGN)… Mais 3 min d’arrêt c’est très court quand on cherche désespérément un agent de la SNCF… Et le train est reparti, sans arrêt, vers Paris Gare de Lyon, avec moi à bord… Un passager a fini par trouver les contrôleuses dans une autre voiture et leur a signalé ma situation. Elles sont immédiatement venues me voir et ont téléphoné à un service de Rennes. La première réaction de l’agent de Rennes en apprenant que les agents d’Avignon TGV m’avaient laissée dans le train a été « Encore ! ». On apprendra que les agents avignonnais m’attendaient dans le hall de la gare…

Les contrôleuses ont essayé d’être rassurantes en m’expliquant que je serai accueillie à Paris où les agents me trouveront une place dans un TGV Paris-Grenoble pour le soir même.  Cependant, elles ont évoqué le fait que je devrais peut-être dormir à l’hôtel s’il n’y avait pas de place disponible. Nouvelle montée d’adrénaline car une nuit imprévue à l’hôtel, toute seule, avec toutes mes affaires dans le sac à dos (donc derrière le fauteuil et inacessibles) n’était pas le plan optimal. J’ai vite écrit à un copain pour savoir qui était à Paris et pour lui dire de les mettre en état d’alerte au cas où 😉 .
J’avais aussi un autre souci : aller jusqu’à Paris sans arrêt signifiait rester encore 3h sans pouvoir aller aux toilettes (impossible dans un TGV). Et la contrôleuse qui me demandait « vous êtes sûre que vous ne voulez pas quelque chose à boire? » -« Euh non merci! ».

Une fois arrivée à Paris Gare de Lyon, un agent d’Accès Plus était présent mais pour la 2èm voyageuse. Il n’était pas au courant de ma situation, les contrôleuses ne se sont pas montrées, c’est un passager qui lui a expliqué ma situation. J’ai bien été prise en charge par cet agent (un peu dépassé puisqu’il devait prendre en charge, seul, deux voyageuses en fauteuil). J’ai pu enfin me rendre aux toilettes toutes neuves du local tout neuf (depuis mon dernier séjour parisien) d’Accès plus. Et les agents m’ont trouvé une place dans un TGV. Je suis ainsi arrivée à Grenoble à 20h42 (sans même avoir vu la Tour Eiffel!) au lieu de 16h08 après une journée exténuante et angoissante.

Voilà la carte de ma journée pour visualiser le petit détour (en rouge).

Et un courrier est en cours pour demander réparation… N’hésitez pas à diffuser.

A suivre!

%% Mise à jour du 11 août 2017 %%

Vous êtes très nombreux à réagir et à partager cette histoire sur les réseaux sociaux. Des journalistes m’ont même contactée. Je vous remercie du fond du coeur de votre intérêt. Je suis vraiment surprise par ce « buzz ». J’attends bien sûr un geste de la SNCF (j’ai posté la lettre hier en recommandé) car ils ont réellement fait une erreur.
Je veux insister sur le fait qu’Accès Plus marche bien habituellement et nous est indispensable. Tellement indispensable que le moindre bug a des conséquences énormes comme le démontre mon « aventure ».
Cependant cette histoire reste seulement cocasse et absurde. Si vous naviguez sur ce blog, vous lirez sans doute des articles bien plus sérieux sur la PCH (Prestation de Compensation de l’Handicap) et l’intégration scolaire par exemple ;).
Encore merci pour vos réactions et à bientôt.

{lang: 'fr'}
Ce contenu a été publié dans coup de gueule, Voyages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

51 réponses à Oubliée dans un train…

  1. establet colette dit :

    Essayer de trouver le ou les responsables de l’aventure

  2. Pierre dit :

    Heureusement, ils n’ont pas appliqué le programme sentinelle… sinon, il t’aurait peut-être fait sauter ?

  3. Audrey dit :

    Tout simplement inadmissible de la part de la SNCF. Bon courage dans vos démarches, elles sont entièrement justifiées.

  4. Armand dit :

    La SNCF est une entreprise en déliquescence ce triste épisode de malveillance à votre égard le confirme.
    On constate :
    1°/ que les dysfonctionnements à Valence sont connus et non traités – ils ont la capacité de ne pas aller sur le quai pour prendre en charge leur « client » mais ils imaginent quoi que leur assistance est du folklore ???
    2°/ que toute une équipe de « contrôle » d’un TGV n’est pas capable de bienveillance en s’assurant de votre prise en charge correcte à l’arrivée à Paris – un des comportements habituels des contrôleurs qui parfois n’ont même pas contrôlé et de se descendre « dans les premiers » accompagnés de copains cheminots qui ont voyagé gratis pour rentrer chez eux (ou aller boire un coup ?) en laissant les voyageurs encombrés se débrouiller pour des cendre du train.
    Aucun contrôle des voitures pour ramasser les affaires oubliées et les transmettre au service adéquat, non, cela est du ressort des « nettoyeurs » avec pour résultat aucune chance de retrouver son vêtement ou autre (j’ai testé !)
    Cette entreprise n’est plus que le fantôme de ce qu’elle a soit-disant été (le soit disant fait référence au glorieux passé de résistance de 39-45 largement mis à mal par l’absence de blocage des trains de déportation).
    Le tout dans une indifférence politique constante.
    C’est courageux et bien de vous exprimer car, moi le premier, on occulte facilement ce que vivent les plus faibles et les plus démunis.
    Je vous souhaite de beaux trajets plus confortables
    Bien cordialement

    • Yves dit :

      Tout le monde peut faire une erreur la preuve vous parler de la gare de valence alors qu il s agit de celle d avignon
      Je suis moi meme en fauteuil roulant et utilisateur d acces plus je suis etonne que vous n avez pas appuye sur le bouton qui nous met en relation avec le chef de bord et que vous n avez pas appele le numero d urgence qui nous est fourni pour tout voyage
      La prochaine fois ca se passera bien

      • Emmanuelle dit :

        J’ai insisté que d’habitude cela se passait bien. Quand au bouton, il était coincé contre le fauteuil de la 2nde voyageuse et le n° d’urgence en moins de 3 min cela sert pas à grand chose… Je l’ai d’ailleurs dit à la directrice de l’accessibilité.

  5. ambassagou dit :

    Dans le privé, il y a faute professionnelle et sanction ; il va falloir que les sociétés comme la SNCF , qui possèdent des avantages sur le privé, s’alignent pour sanctionner les incompétents, même cadre.
    Invalide mais pouvant me déplacer seul, à la retraite, j’ai choisi de vivre à l’étranger avec des populations qui s’occupent de gens comme vous et moi.
    La France n’est pas à la hauteur.

    • Patrick dit :

      En l’occurrence, l’entreprise chargée d’assister les personnes handicapées est privée, prestataire de la SNCF.
      Ce genre d’histoire m’est arrivée en gare de Bordeaux. Un passager m’a aidé à descendre. Heureusement, c’était le terminus.
      Juste pour dire qu’il est inutile de critiquer la SNCF en bavant sur les privilèges. Le combat public privé c’est pour les neuneu.
      Cordialement

  6. Moinet dit :

    Quelle stupéfaction de lire ton aventure. Quelle tristesse de constater que de plus en plus, les employés font très mal leur métier! C’est affligeant, surtout pour une personne PMR.
    La France est un vieux Pays, pas moderne pour se préoccuper en priorité de notre bien être et de celui des séniors! Je suis pas aigri, juste en colère de ce nom respect de personnes qui ne méritent pas l’appellation d’Humain ! Incompétence totale ….Demande un maximum de dédommagement ! Je t’encourage dans cette lutte et garde le sourire devant tous ces « pauvres gens ».
    Hervé

  7. Octave Odola dit :

    Bonjour Emmanuelle, journaliste à la Provence Avignon. Possible de vous contacter pour que vous me parliez de la lettre svp ?
    Octave

  8. grossin serge dit :

    pas normal que cela se passe comme cela au prix ou sont les billets de train tout le monde s enfoute des andicaper moi meme j y suis e j ai pris des trais mais personne pour t aider et les corespondances trop courte pour les handicapers

  9. Laure dit :

    Je suis terrifiée de découvrir la mésaventure de cette jeune femme. Toute personne en situation de mobilité réduite devrait avoir une personne(de la SNCF) qui veille sur elle durant toute la durée de son transport, pour veiller à son bien-être (hydratation, pause pipi), etc…C’est une honte, cet oubli, impensable, inadmissible. Emmanuelle, je trouve que vous êtes une personne très courageuse, ne pas laisser passer cet incident et demander des excuses, des dommages et intérêt et un geste commercial : vous le méritez amplement. Bon courage et continuez de voyager, ne baisser pas les bras.

  10. Ludivine dit :

    C’est triste c’est vrai.
    L’erreur est certainement du à des manquements de communication entre agents et d’une minimisation de la difficulté de voyager en fauteuil dans nos trains français. Ils ne sont pas adaptés, les hommes ne sont pas formés et l’intérêt est placé ailleurs. On a même l’impression de déranger si on demande quelque chose… et d’être celui qui « emmerde » tout le monde car un fauteuil ça prend de la place et ça mobilise parfois plus d’une personne.
    Au Japon, les gens sont organisés et pour un simple trajet en métro, l’assistance se met en place sans même la demander. Et les japonais du wagon s’y mettent aussi
    A méditer pour la Sncf

  11. Lily dit :

    Bonjour,

    Et simple question: les accompagnateurs de la SNCF sont-ils bénévoles ? Je ne le pense pas. En conséquence il s’agit d’un dysfonctionnement grave du service.
    Avec vous de tout coeur.

    • Emmanuelle dit :

      Bonjour et merci. Non, ils ne sont pas du tout bénévoles. Accès Plus est un service à part entière. Dans certaines gares, ce sont des agents de la SNCF et dans d’autres ce sont des agents d’entreprises telles qu’Effia, soustraitées par la SNCF.

  12. Jeff phil dit :

    Bonjour,

    Ce serait bien de poser la question à Guillaume Pépy et de savoir ce qu’il en pense !!??

    Bon courage et bonne continuation

  13. gilles dit :

    La SNCF devra modifier son annonce dans les trains.
    Veuillez vous assurer de ne rien oublier à votre place et vous assurer qu’aucune personne à mobilité réduite n’est été oubliée à bord.
    C’est désolant de voir une entreprise nationale partir en telle décrépitude.
    Je préfère depuis longtemps l’avion au train …. of cause !

  14. Scholtes dit :

    Je reste sans voix face à votre « mésaventure « . Vous avez bcp de courage, chapeau. Battez vous, il faut que la SNCF vous indemnise au plus fort. Je suis très touchée ayant moi même une fille en fauteuil, et je sais que les « bien-portants » n’imaginent pas ce que ça représente d’etre PMR. Je comprends votre désarroi (toilettes etc….). Bonne chance à vous. Je vous embrasse

  15. Ping : Réponse de la SNCF |

  16. vincent dit :

    Un ami handicapé accompagné de son frère et de sa belle-soeur est venu me rendre visite il y a un mois. Il habite à Toulouse, j’habite à Moissac. Il avait réservé le service d’assistance, sauf qu’à son arrivée, personne pour le faire descendre du train. C’est son frère et le conducteur du train qui ont dû l’aider à descendre. De plus pour le retour, il faut aller de l’autre côté des voies, il y a une entrée, à environ 50 mètres de la gare. Il faut le savoir. Heureusement que j’avais repéré les lieux avant. Quand je pense que les professionnels de santé qui reçoivent du public sont obligés d’avoir une entrée adaptée aux fauteuils roulants (rampe avec pente de 5%), des WC et un lavabo aux normes handicapé ainsi qu’un rayon de 1m50 autour des WC … et que la SNCF n’est même pas capable de les accueillir correctement…

  17. Alain dit :

    Pour la gare d’Avignon je ne sais pas, mais dans les grandes gares la SNCF sous traite se service à des prestataires dont l’assistance aux personnes n’est pas forcément la mission d’origine. Ces prestataire baissent leur prix pour remporter l’appel d’offres. Pour compenser ils ne mettent pas le personnel en nombre adéquat par rapport aux besoins et c’est ainsi qu’il arrive des dysfonctionnement tels que celui que vous avez subi

    Ayant fait le trajet 2 fois par jour en TGV entre ma ville et la Gare de l’EST pendant 7 ans, j’ai pu constater la dégradation du service au fur et à mesure des changements de prestataires. Ce n’est pas forcément les personnels de cette gare (pour la majorité d’entre eux) qui sont à mettre en cause, mais l’organisation qu’impose le prestataire.

    Une astuce pour empêcher le train de repartir si vous n’êtes pas descendue à temps.
    Cela m’est arrivé une fois. Quand la porte commence à se refermer, il faut appuyer sur le bouton d’ouverture de la porte. Au bout de plusieurs fois, elle se met en alarme et le contrôleur vient voir ce qui se passe.

  18. Serge Pallesi dit :

    Très ému par ta mésaventure ferroviaire,sensible à ton humour et félicitations pour ta réussite universitaire.
    Bien amicalement.

  19. ytocat dit :

    4h de retard, ça va ça reste dans les standards de la SNCF, par contre le coup des toilettes n’est pas génial

  20. bardamu dit :

    C’est fâcheux effectivement.

    Mais quelque chose m’inquiète : sonner l’alarme dans un train, c’est synonyme de « débarquement du GIGN » dans l’esprit d’un passager lambda ? C’est idiot (donc non, « pas avec raison »).

    En outre, aucun contrôleur n’était sur le quai à Avignon au moment de l’incident ?

    Surtout, pourquoi nul n’a songé à vous aider pour vous débarquer – pardonnez l’expression – sur le quai ? Vous faites référence à des voyageurs présents : à deux ou trois, est-ce insurmontable de vous porter pour arriver à bon port ? J’entends bien qu’il est délicat, à votre place, de prendre une telle initiative, mais l’esprit lambda du voyageur est-il à ce point pollué (voir §1) pour ne pas l’envisager ?

    Pour préciser :
    1/ je trouve lamentable le service de la SNCF
    2/ je ne comprends pas pourquoi une solution improvisée n’a pas été mise en oeuvre : il faut savoir faire preuve de pragmatisme et ne pas tout attendre d’une administration, voire d’une entreprise de service public, qui est hélas parfois défaillante.

    Il y a, « au final » comme certains disent aujourd’hui, une absurdité de l’humain dans sa dépendance à la technique.

    • Emmanuelle dit :

      « le débarquement du GIGN » était un trait d’humour… Ceci dit, j’ai aucune idée des conséquences du déclenchement de l’alarme surtout en ce moment. Et je ne regrette vraiment pas de ne pas avoir testé.
      Les passagers n’ont vu aucun contrôleur sur le quai.
      Mon fauteuil pèse plus de 100kg, une autre voyageuse en fauteuil était dans le compartiment, il aurait fallu la sortir avant de me sortir. Bref, le pragmatisme a des limites…
      J’espère avoir répondu à toutes vos questions. 🙂

      • Françoise dit :

        Bonjour, désolée de votre mésaventure, je peux vous dire que dans votre cas je n’aurais pas hésité à faire tirer l’alarme du train : je l’ai fait sur un TGV dans lequel j’avais installé ma fille de 12 ans pour un voyage seule pour la première fois. L’allée étant encombrée j’ai perdu du temps pour accéder au siège puis revenir à la porte, de sorte que le départ a été annoncé et la porte verrouillée avant que je puisse sortir ! Au moment où le train a démarré, n’ayant aucune envie de faire un AR Paris Bordeaux, j’ai déclenché l’alarme. Le train s’est arrêté, j’ai expliqué la situation à l’agent qui est venu déverrouiller la porte depuis le quai, et j’ai juste été sermonnée parce que je faisais perdre du temps à tout le monde… ce qui n’était pas faux. Vous le saurez pour la prochaine fois… mais il n’y aura pas d’autre « oubli » je vous le souhaite vivement.

        • Michel dit :

          La grande différence entre vous, et Emmanuelle :
          elle a été viticme d’une grosse défaillance humaine de la SNCF, qui en est pleinement responsable, donc à la limite, oui elle pourrait (je mets au conditionnel….)) tirer l’alarme.
          Mais pour vous Françoise, le fait de tirer l’alarme vous attirera forcément des ennuis, car le fait POUR UNE ACCOMPAGNATRICE de pénétrer dans le train est interdit : la SNCF précise bien dans ses annonces que « les personnes accompagnant les voyageurs ne sont PAS autorisées à entrer dans les trains, et que les voyageurs doivent se présenter au train 5 minutes avant le départ de celui-ci ».

          D’avoir été « juste sermonnée » : vous aviez encore de la chance, car normalement la SNCF a drastiquement augmenté ses « tarifs » de l’alarme abusive : les 4.500 € (il me semble, si mes souvenirs d’un article sont bons) on les sent passer je suppose, si la SNCF estime (!) que ce n’est pas un cas de force majeure (danger imminent, réel, sur la voie, accident, etc).
          Autrefois, l’amende était un nombre à deux chiffres maximum….. mais inefficace, car beaucoup de voyageurs tiraient l’alarme pour trois fois rien.
          De nos jours, les « alarmes » ne font plus stopper le train automatiquement (et pour cause : chaque retard de train coûte plein d’argent et de désorganisation du trafic, (retards en boule-de-neige, attente des trains croiseurs sur des voies de doublement, correspondances ratées pour des centaines de voyageurs si ceux-ci n’ont que « trois minutes » pour attraper leur correspondance… et donc indemnisation de centaines de voyageurs).
          Donc, du coup, l’alarme mets en relation vocale avec le contrôleur, et le conducteur décide seulement ensuite, si oui ou non, la raison vaut le coup d’arrêter le train ou non.

  21. Ping : Oubliée dans un train… | | Mon site officiel / My official website

  22. massé dit :

    Houla, en voila une belle histoire,
    Dur d’être handicapé, dur de devoir de débrouiller tout seul,
    Enfin, vous poussez un peu mémé dans les orties quand même,
    Selon votre trajet/plan du train, pourquoi attendre Paris ?le train ne s’arrêtais pas avant ? dur à croire, je vois plein de gare entre Grenoble et Paris, et comme c’est un TGV, il a surement desservi des gares en chemin, attendre Paris était plus « vendeur » non ?

    Ensuite la réflexion sur le sac-dos inaccessible…c’est comique comme argument…
    Toute seule dans une chambre d’hôtel vous ne sauriez pas accéder à son contenu ? c’est quoi votre handicap ? paralysie totale ?

    Bravo pour ce « buzz » car il me semble que voila bien le but, sinon en parler à la SNCF, à votre famille et amis eut été bien suffisant…

    • Emmanuelle dit :

      Le train était sans arrêt entre Avignon TGV et Paris. C’était le TGV 6174 si vous voulez vérifier par vous même ;).
      Et pour ce qui est du sac à dos, je vous propose de vous assoir sur une chaise à laquelle un sac à dos est accroché et d’essayer d’attraper le contenu de ce sac sans vous lever et avec une seule main…

      • massé dit :

        Et bien désolé, ayant fait l’expérience, je peux dire que c’est possible, il suffit de faire comme si vous vouliez vous gratter le dos…au pire la contorsion permet de récupérer le sac et de le mettre sur ses genoux… avec de la bonne volonté et un peu de souplesse…encore plus dans « une chambre d’hotel » selon le contexte que vous donnez, il y aurait bien eu une personne(le personnel de l’hotel ?) pour vous aider à accéder à votre sac à dos, moi je l’aurais fait, vous aider…

        • Pierre Establet dit :

          Ah trop fort ! Emmanuelle est handicapée : ses deux jambes et don bras gauche ne fonctionnent pas, elke a un très faible équilibre de son bassin. Donc je vous propose la chose suivante : vous vous attachez les 2 jambes et le bras gauche, vous vous attachez les hanches pour les bloquer. Ensuite vous tentez d’atteindre avec un seul bras qui vous sert aussi à tenir pour ne pas tomber, un sac, situé à environ 40 cm de votre dos (la distance entre le corset + le dossier + les poignées du fauteuil + le balant du sac…). Et après vous donnerez une leçon de morale !!

    • Hélène dit :

      Quand on ne sait pas, on ferait parfois mieux de se taire…
      Emmanuelle fait ÉNORMÉMENT toute seule (regardez tout le reste du blog pour vous donner une idée) donc si elle dit qu’elle ne peut pas attraper son sac, c’est qu’elle ne peut vraiment pas.

      • massé dit :

        Je n’ai pas lu l’intégralité du blog, mais j’ai vu le profil professionnel de cette dame, il s’agit là d’une neuroscientifique…
        Justement, pour une fois c’est agréable d’argumenter avec quelqu’un qui a les moyens de répondre…

  23. massé dit :

    Un petit dernier : « aucun agent d’Accès Plus n’est venu me chercher dans le train!! Les passagers sont sortis sur le quai mais n’ont vu personne de la SNCF »

    Ba moi, j’aurais demandé aux braves gens de me descendre sur le quai (au pire j’aurais piquer une crise au près du personnel naviguant), j’aurais rechercher les dits-agents « Accès-Plus »(au pire un responsable de la gare), leur aurait mis une grosse suée, et puis j’aurais continuer ma vie…

    Vous avez fait la « princesse » à attendre dans le train… c’est triste que la prise en charge n’ai pas eu lieu convenablement, mais handicapé ou pas, faut savoir se débrouiller tout seul un minimun…

    Conclusion la SNCF n’est pas responsable de votre trajet jusqu’à Paris, ils sont responsable de ne pas être venue vous chercher dans le train…

    • Hélène dit :

      1) Emmanuelle ne parle pas
      2) Comme elle l’a précisé, son fauteuil fait 100 kg et il y avait une autre personne en fauteuil qu’il aurait fallu sortir avant elle…

      • massé dit :

        Elle ne parle pas ? c’est une part de son handicap ?
        A ba mais si vous expliquer les choses en plusieurs fois, on fait comment pour bien imaginer/comprendre une situation ?

        Là forcément, je passe pour un con…:)

        • celine dit :

          Bonjour, j’ai été l avs d’emmanuelle pendant 4 ans nous sommes toujours en contact aujourd’hui parce que c’est une personne formidable. Elle c’est toujours débrouillé et mon accompagnement était limitée par sa détermination à faire seule. Oui sont handicap est important mais cela ne l’a pas empêché d’avoir des amis, de devenir docteur en neuroscience et elle a toujours fait beaucoup d’effort pour être le plus autonomie possible. Elle a toujours refusé de demander de l’aide aux personnes dont ce n’était pas le travail chacun était à sa place et si vous la connaissiez vous sauriez qu’elle ne s’énerve pas et ne fait pas de scandale. Personne ne peut imaginer/ comprendre ce que c’est de vivre avec un handicap et encore moins se permettre de donner des leçons. Elle n’a pas demandé que cette histoire fasse le buzz, c’est les médias qui l ont contacté. Je reste toujours impressionnée par la faculté des gens à refuser de voir les difficultés des personnes porteuses de handicaps dans notre pays!!!!!!

        • Roland COMTE dit :

          Vous l’avez dit vous-même. Aucun autre commentaire n’est nécessaire.

    • Jean marie dit :

      Monsieur Massé, savez-vous que vous êtes profondément abject?

      • Moinet dit :

        Je pense que c’est plutôt ce personnage qui est handicapé….
        Et comme il est dit plus haut, quand on ne sait pas, on se tait …
        Heureux le fêlé d’esprit, car il laisse passer la lumière… :o)

  24. M.Hélène dit :

    Bonjour,
    Votre histoire ne m’étonne pas…
    J’ai le bonheur de ne pas être sur fauteuil, et ma petite histoire est donc bien plus légère que la vôtre et celles d’autres personnes handicapées – j’ai cette grande chance.
    Mais je souffre d’une sclérose en plaques qui m’empêche de monter ou descendre ma valise, avec un mauvais équilibre qui m’oblige à avoir de l’aide pour monter et descendre du train (et toutes les marches).
    J’ai donc fait appel à « Accès Plus » pour la toute première fois au mois de mai dernier.
    Tout s’est parfaitement bien déroulé en gare de départ (de surcroît avec beaucoup de gentillesse de la part de l’agent (femme) de la SNCF).
    Mais en gare d’arrivée (Nantes), personne n’est venu m’aider non plus à bord du train… J’avais pourtant repéré 2 agents de la SNCF derrière la vitre, mais le temps que j’avance dans le couloir (terminus, il y avait du monde dans le train qui descendait), il n’y avait plus personne dehors (et aucun agent n’est monté dans le train)…
    C’est donc un jeune qui a eu la gentillesse de descendre ma valise d’où on me l’avait hissée en gare de départ, puis me l’a descendue sur le quai. Quelqu’un d’autre m’a aidée à descendre du train…
    Une fois sur le quai, longues minutes de solitude car il n’y avait plus personne. Jusqu’à ce que je repère l’un des agents qui revenait, désolé : sa collègue et lui s’étaient occupés de 2 voyageurs aveugles descendus avant moi, et un 3ème agent s’était posté à une mauvaise porte… Du coup il fut charmant, m’emmenant (après s’être arrêté 4 fois sur le quai pour renseigner des passagers d’autres trains – pas top quand la position debout immobile est très pénible…) encore plus loin que prévu hors de la gare, vraiment adorable.
    J’avais eu la chance que ma gare d’arrivée soit un terminus, permettant aux passagers de m’aider tranquillement, et que je n’aie pas à « courir » ensuite vers une correspondance…
    « Accès Plus » m’ayant demandé plus tard mon avis sur internet, une personne de la SNCF m’a téléphoné pour en savoir davantage et s’excuser…
    J’avoue que cela m’a bien refroidie, et que je n’oserai toujours pas voyager seule si mon train ne fait qu’un arrêt bref à l’arrivée et/ou si j’ai une correspondance rapide à prendre.

  25. Un agent SNCF qui parle en son nom. dit :

    Bonjour, je suis agent SNCF à l escale ( l’accueil en gare ) mais travaille sur des lignes transilien.
    Ce qui est arrivé est très dur et je comprends votre mécontent, connaissant la SNCF je pense qu’un REX, retour sur expérience sera fait.
    En effet la prise en charge des personnes en fauteuil en roulant est dans la plupart du temps fait par effia, et la SNCF ne peut vérifier et corriger le niveau de compétences vue que c est de la sous-traitance..
    Il est possible que le document de prise en charge sois mal transmis et je suis persuadé que ces agents voulaient faire leur travail mais n étai pas informé où on mal lu , vous attendant dans le hall.
    Pour les toilettes pourriez vous m’eclairé!? J ai vue dans des rames TGV un sorte de mini ascenseur ou monte charge que le contrôleur peut faire actionner pour vous donner accès aux toilettes. Peut être que sur certains TGV !? ( Sur les corails je sais que c est impossible.

    Sinon descendre à main nu une personne sur un fauteuil électrique,vue la largeur des portes c est très dur, seul les pompiers auraient pu.

    Encore sincèrement navré de votre incident mais j espère qu’ il servira au moins à éviter que cela se reproduise.

  26. Ping : Une femme handicapée « oubliée  par la SNCF dans un train | «La gazette de puteaux

  27. Ping : Oubliée dans le train, une femme en fauteuil fait un détour de 1000 km – Marque Ta Page

  28. Roland COMTE dit :

    Vous avez eu raison de raconter ce qu’il vous est arrivé et tant mieux si cela a été repris par tous les médias. Prendre le train devient une aventure. Je le prends rarement et je ne suis pas handicapé. Mais je constate à chaque fois un ou plusieurs « incidents » : mon dernier voyage à Paris en a été émaillé, aussi bien à l’aller qu’au retour. Je plains de tout coeur tous ceux qui sont forcés de prendre quotidiennement ce moyen de transport de moins en moins fiable où le voyageur est traité sans aucun respect. J’espère que vous aurez la force de vous battre jusqu’au bout car ce qui vous est arrivé est inadmissible.

  29. Lynne Collis dit :

    Je fais des recherches doctorales en Angleterre pour voir comment améliorer le soutien d’accès + en cas de perturbations ferroviaires. J’aimerai bien vous discuter plus par messagerie – voudrez vous m;envoyer votre mail svp?
    merci d’avance, cordialement
    Lynne

  30. delgado alexandre dit :

    encore une fois , on nous considere pas , nous voila maintenant oublié dans un train , j ai honte du service public,
    a croire, que nous devrions pas exister , il y aurait moins de soucis a devoir mettre les lieux accessibles aux personnes PMR ,nous nous battons deja tous les jours contre notre handicap voila que nous devons nous battre encore pour ne pas etre « oublié » dans un transport ….. savoir si les lieux sont accessibles , les moyens de transports etc….. sont accessibles ;
    courage….. y vamos( on y va ) en espagnol 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *